2015/12/04

ALAIN BADIOU, PENSER LES MEURTRES DE MASSE

Le

Le boomerang est revenu mais pas dans la tête de ceux qui l’avaient lancé. Devant les victimes, devant tout un pays en état de choc, le pouvoir politique répond par la guerre et l’état d’urgence. L’urgence est de mettre en cause ce virage sécuritaire. Lundi 23 novembre, au théâtre de la Commune d’Aubervilliers, sans publicité et devant une salle comble, le philosophe Alain BADIOU donnait une conférence « POUR PENSER LES MEURTRES DE MASSE ».


Le 19 novembre à l’Assemblée nationale, Manuel Valls déclarait : « Le terrorisme frappe la France non pas pour ce qu’elle fait en Irak, en Syrie ou au Sahel, mais pour ce qu’elle est ». Malgré le choc – ou à cause du choc – nombreux sont celles et ceux qui cherchent à comprendre. Ce choc pourrait être aussi un réveil après des temps de somnolence résignée. Cette conférence dure près de deux heures. Prenez votre temps. À côté des penseurs à la sauvette et des médias consensuels (et sans suite), nous vous en proposons une version intégrale.

A complete translation of this talk of ALain Badiou can be found here at this pdf link. 

 Our wound is not so recent

  This  evening  I  would  l
ike  to  talk  about  what  happened
  on  Friday  13  November
;
  what
happened to us, what happened to this city, to this country, and ultimately to this world.
First  of  all
I’d
like  to  say  in  what  state  of  mind  I  think  we  should  speak  of  what  is  an
atrocious
tragedy:  because,  obviously,  as  we  know,  and  as  is  being  dangerously
hammered home by the press and by the authorities, the function of a
affect, of sensible
reaction,  is  inevitable
 in  this  kind  of  situation,  and  in  a  certain  sense  indispensable.


There is something like a trauma,
the feeling of an intolerable exception to the regime
of  ordinary  life,  an  unbearable  irruption  of  death. 


This  is  something
we  all  feel,
  and
which
 we can neither contain nor subject to criticism."

thanks to Mariborchan's excellent  blog for this translation of Alain Badiou's talk about the November attacks of November 12, 2015.

-------------------------------