2016/04/20

La Nuit Debout : du grand soir à l’ordre du jour

----------------------------------

La Nuit Debout : du grand soir à l’ordre du jour


Présentée comme un ovni politique, l’initiative de la Nuit Debout qui s’étend dans de nombreuses villes de France et maintenant, au delà de nos frontières, renoue pourtant, à bien des égards, avec un geste démocratique profondément ancré dans l’histoire du mouvement ouvrier. Dans un livre devenu classique intitulé La Nuit des Prolétaires, Jacques Rancière montrait, il y a presque quarante ans, comment des ouvriers et des artisans ont su poser, dans une sorte de rêve éveillé, les bases de l’émancipation ouvrière en s’appropriant le temps nocturne, habituellement dédié à la restauration de la force de travail.
Nous sommes alors dans les années 1830 et le mouvement ouvrier est encore balbutiant. Le livre de Rancière nous raconte comment, dans le silence des mansardes et à la lueur des veilleuses, s’ébauche le projet égalitaire d’une société dans laquelle le travail ne serait plus cette malédiction imposée par la naissance et l’ordre des choses aux foules silencieuses, naturellement vouées à alimenter de leur sueur le grand organisme social pour la plus grande gloire des biens nés, c’est à dire des propriétaires. Cette rupture de l’immémorial métabolisme social commence donc par l’insomnie volontaire, rupture du métabolisme personnel et défi lancé à l’ordre du temps, qui inaugure la conquête de l’égalité lorsque tout conspire à la mettre en sommeil. Le luxe du temps nocturne libéré pour explorer l’égalité à venir constitue la condition, non pas matérielle mais physique, de ce qui deviendra au cours des décennies suivantes, le projet du socialisme démocratique.



http://terrainsdeluttes.ouvaton.org/?p=5720

-------------------------------